les 7 moments forts de Perth



Perth s’est avéré être un hôte de choix pour le HSBC SVNS 2024, puisque les Argentins et les Irlandaises ont remporté la première finale de Cup au HBF Park, à l’issue de trois jours passionnants de rugby à sept.

Les chocs, les surprises et les émotions qui sont apparus sur le terrain ont été soulignés par une ambiance de fête dans les tribunes, où l’état d’Australie occidentale a accueilli le SVNS à bras ouverts.

Alors que les joueurs profitent d’un repos bien mérité et que les Series se préparent à partir pour Vancouver le mois prochain, voici un récapitulatif des meilleurs moments du HSBC SVNS Perth.

Perth est un must

Il n’y a pas mieux que l’entrée de Perth dans le calendrier HSBC SVNS, puisque le HBF Park a offert un week-end épique à l’Australie occidentale.

La preuve en a été donnée au milieu des quarts de finale de Cup, samedi 27 janvier, lorsqu’il a été annoncé que les billets pour la finale de Cup, dimanche, étaient tous vendus.

Ça n’a pas été une surprise pour quiconque avait suivi les deux jours précédents, avec des surprises dans les tournois masculin et féminin, les 24 équipes ayant fait une incroyable publicité pour le rugby à sept.

En dehors du terrain, le week-end a été tout aussi impressionnant et ceux qui ont eu la chance d’avoir des billets dans « The Shed » sont venus pour faire la fête, créant une ambiance qui n’a rien à envier à celle des Series – même la célèbre South Stand du Hongkong Stadium.

La déception

Parmi les plus de 20 000 supporters qui ont fait le déplacement jusqu’à Boorloo dimanche, nombreux sont ceux qui n’ont pas eu droit à une fin rêvée, l’Australie s’étant inclinée dans les deux finales de Cup.

Les Australiennes, qui ont perdu des points pour la première fois de la saison après avoir terminé deuxièmes chez elles, ont tout de même augmenté leur avance en tête du classement et comptent désormais 12 points de plus que la Nouvelle-Zélande, deuxième.

À Perth, Charlotte Caslick et ses coéquipières ont dû composer avec une défaite au début du tournoi face à la Grande-Bretagne, mais elles ont rebondi de manière impressionnante en remportant un quart de finale intense contre les Black Ferns Sevens, avant de s’imposer face aux États-Unis en demi-finale.

La finale s’est avérée être une étape plus compliquée, comme pour leurs homologues masculins, qui avaient perdu deux fois lors de la phase de poule avant de passer à la vitesse supérieure lors des phases à élimination directe. L’Argentine a été trop forte en finale pour la deuxième fois consécutive, mais le résultat a permis à l’équipe de se hisser à égalité de points avec les Fidji, deuxièmes au classement masculin.

La déferlante irlandaise

De grandes parties du HBF Park ont été parées de vert pendant les trois jours, tandis que le DJ du stade ne s’est pas fait prier pour lancer le fameux Zombie, la chanson des Cranberries qui est devenue l’hymne du rugby irlandais. Et les occasions n’ont pas manqué.

L’équipe féminine d’Irlande était dans une forme irrésistible à Perth, marquant 19 essais en seulement 21 visites dans les 22 de l’équipe adverse, et remportant ainsi son premier titre de championne sur un tournoi. Trois de leurs cinq victoires, dont la finale contre l’Australie, ont été obtenues par cinq points ou moins.

Après plusieurs saisons au cours desquelles elles sont apparues comme des prétendantes aux séries, ce fut le moment de couronner des joueuses comme Lucy Mulhall, Eve Higgins et Amee Leigh Murphy Crowe.

De leur côté, les Irlandais ont également remporté une victoire à l’arraché contre les Australiens, mais leur propre quête de l’or s’est heurtée à l’Argentine. Ils se sont repris pour battre les Fidji dans la finale de bronze et s’installer dans le top 5 du classement.

La majestueuse Murphy-Crowe

Tous ceux qui suivent le rugby à sept connaissent les talents exceptionnels d’Amee Leigh Murphy-Crowe, mais ses exploits à Perth méritent une mention spéciale.

Les six essais de Murphy-Crowe – dont le premier essai de l’Irlande lors de sa victoire historique en finale contre l’Australie – la placent en tête du classement des meilleures marqueuses d’essais du tournoi.

Et sa conclusion dans la finale, sur une passe de Beibhinn Parsons au milieu du terrain et un sprint dans l’espace pour franchir la ligne d’essai, indique qu’aucune joueuse n’a marqué plus d’essais dans les Series qu’elle en Australie.

Il s’agissait du 33e essai de Murphy Crowe en Australie, ce qui lui permet de passer devant la Néo-Zélandaise Michaela Blyde, qui a franchi la ligne 32 fois dans les tournois organisés dans le pays.

Isgro revient en force

Le retour du Joueur de Rugby à Sept de l’Année 2023, Rodrigo Isgro, allait toujours être un coup de pouce pour l’Argentine à Perth, et cela s’est avéré être le cas puisque Los Pumas Sevens ont remporté leur deuxième tournoi consécutif.

L’importance d’Isgro pour l’Argentine a été soulignée par le fait que seuls deux joueurs ont effectué plus de courses avec ballon que lui au cours du week-end (24), alors qu’il a fini sixième sur la liste des offloads (six), quatrième sur celle des franchissements (quatre) et qu’il a contribué à quatre essais.

Personne n’a mieux profité de ces offloads et de ces percées que Marcos Moneta, le grand ami d’Isgro. L’entente entre les deux hommes était plus que jamais télépathique, puisque ce dernier a terminé le tournoi avec un total incroyable de neuf essais et sept franchissements.

Les Pumas Sevens occupent fièrement la première place du classement masculin après trois tournois, leurs 58 points leur donnant une avance de 14 points sur les Fidji et l’Australie.

Les joueuses britanniques en pleine ascension

Les joueuses britanniques espèrent qu’une deuxième victoire en finale de bronze, et la deuxième en cinq tournois, sera un tremplin vers un succès durable dans le cadre du HSBC SVNS 2024.

Leur impressionnant parcours jusqu’à la médaille de bronze à Perth, qui inclut une victoire inédite contre l’Australie lors de la première journée, s’est appuyé sur une solide défense.

Emma Uren est arrivée en tête du classement des meilleures plaqueuses au HBF Park (20), tandis que sa coéquipière Amy Wilson-Hardy est arrivée en troisième position avec 17. Trois des victoires de la Grande-Bretagne ont été remportées par un score inférieur ou égal à un, mais les Britanniques ont su saisir les opportunités qui se présentaient à elles, marquant leurs 13 essais en seulement 16 entrées dans les 22 de l’équipe adverse.

La médaille de bronze est assortie de 16 précieux points au classement, ce qui permet à la Grande-Bretagne de se hisser à la huitième place du classement féminin et de prendre 10 points d’avance sur le Brésil, qui occupe la neuvième place. Nous verrons à Vancouver s’il s’agit du début de quelque chose de spécial.

L’Espagne a besoin de se relever

Les joueurs et les joueuses espagnols ont connu des fortunes diverses à Perth, mais les deux équipes restent engluées dans les quatre dernières places de leur classement respectif.

Les Leones se sont qualifiés pour les quarts de finale de Cup grâce à leur victoire sur le Canada lors du dernier match de la poule A. Ils ont ensuite fait très peur à l’Argentine, futur vainqueur de la compétition, en quarts de finale, avec une défaite 28-17 bien plus serrée que ne le laisse penser le score.

La défaite contre les États-Unis a suivi et les Espagnols se sont retrouvés en huitième position. Les six points qu’ils ont empochés à Perth leur ont permis de quitter la dernière place du classement pour se retrouver en onzième position, mais à cinq points d’une sécurité assurée.

Il est peut-être encore tôt dans la saison, mais les Espagnoles ont besoin d’un résultat positif à Vancouver la prochaine fois pour changer la dynamique de leur saison. Las Leonas ont abandonné la possession du ballon plus que n’importe quelle autre équipe à Perth, la défaite contre le Japon dans le match pour la 11e place les laissant à la dernière place du classement avec seulement quatre points.





Source

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel Nerekel