Les Blues et les Chiefs favoris, les Moana encore derniers ?



Les rédacteurs de RugbyPass répondent aux grandes questions avant la saison 2024 du Super Rugby Pacific. Ben Smith (BS), Finn Morton (FM) et Ned Lester (NL) se prononcent sur une série de sujets et font leurs pronostics pour la saison.

Quelle équipe remportera le Super Rugby Pacific 2024 ?

Finn Morton : Commençons par un cliché sportif : aucune équipe ne prévoit de perdre – tout le monde veut être champion. C’est le Saint Graal qui attend à la fin de ce qui promet d’être une autre campagne de Super Rugby Pacific éreintante, éprouvante et à l’os. Mais il ne peut y avoir qu’un seul vainqueur.

Dans le courant de l’année, la seule équipe qui se dressera triomphalement au-dessus des autres à la fin de la saison 2024 sera celle des Chiefs. Avec Luke Jacobson et Damian McKenzie en tête, une couronne de Super Rugby reviendra à l’équipe pour la première fois depuis 2014.

En 2023, les hommes de Clayton McMillan ont été quasiment parfaits tout au long de la saison régulière. Les Queensland Reds sont venus jouer à New Plymouth et ont ébranlé la concurrence avec un bouleversement de tous les instants la saison dernière, mais à part cela, les hommes d’Hamilton étaient excellents.

Si le passé ne signifie plus grand-chose aujourd’hui, ce sont les leçons tirées de cette campagne qui permettront aux Chiefs de se démarquer du reste du peloton. Certes, ils se préparent à une saison sans Sam Cane et Brad Weber, mais ils ont le talent nécessaire pour combler ces lacunes.

Les autres favoris de la pré-saison sont les Crusaders, les Blues et les Brumbies. Les Crusaders – si l’on fait abstraction de l’aura et du prestige qui les entourent – ne sont plus la même bête. La perte de Richie Mo’unga, en particulier, modifie radicalement la qualité de cette équipe.

Les Blues s’approcheront de la finale, et peut-être même y parviendront-ils, mais ils ne réussiront pas, comme c’est souvent le cas. Enfin, les Brumbies voudront évidemment aller jusqu’au bout, mais le fait d’accueillir une demi-finale à domicile serait probablement considéré comme un succès – et c’est peut-être aussi leur plafond de verre.

Ned Lester : Les championnats se gagnent sur la défense et ce sont les Chiefs qui ont encaissé le moins de points en 2023. Toutefois, leurs derniers adversaires, les Crusaders, se sont montrés plus efficaces sur le plan défensif lors des barrages.

Sam Cane et Brodie Retallick ont été des éléments essentiels de la défense des Chiefs. Mais cette année, cette responsabilité incombera à d’autres.

Si Luke Jacobson peut relever ce défi et montrer l’exemple sur le plan défensif, il peut inspirer une performance digne d’un champion à la fin de la saison. Les Chiefs semblent être l’équipe la plus complète et la plus compétente de la compétition cette année.

Ben Smith : Les Blues et les Chiefs ont terminé vice-champions ces deux dernières années, perdant tous deux la finale à domicile face aux Crusaders de Scott Robertson. Avec le début d’une nouvelle ère pour les Crusaders, l’un des deux clubs peut mettre fin à la série de titres des Crusaders et devenir champion en 2024.

Les Chiefs ont récupéré la majeure partie de leur équipe, ce qui est de bon augure pour la course au titre, à l’exception de quelques vétérans All Black, Sam Cane, Brad Weber et Brodie Retallick. Ils devraient être l’une des deux meilleures équipes du Super Rugby Pacific et bénéficier de l’avantage du terrain pour au moins les demi-finales.

Les Blues sont en pleine reconstruction après avoir perdu la finale de 2022 et perdu leur élan en 2023. Mais ils se sont montrés brillants pendant la pré-saison et seront l’une des meilleures équipes. Leur destin dépend de la capacité de leurs jeunes joueurs à jouer un rôle important, comme Zarn Sullivan et Cameron Suafoa.

Les Blues et les Chiefs ne se rencontreront pas avant le dernier tour de la saison régulière, en semaine 15, ce qui est dommage car d’ici là, les têtes de série auront peut-être déjà été déterminées et les joueurs seront peut-être au repos.

Le principal concurrent en Australie sera les Brumbies qui, année après année, présentent une équipe solide avec le meilleur pack d’Australie.

Les quatre finalistes seront les Blues, les Chiefs, les Brumbies et la surprise de l’année, les Highlanders. Je mettrai bien une pièce sur les Chiefs contre les Blues en finale.

Quelle équipe remportera la cuillère de bois cette année ?

Finn Morton : Les Highlanders, la Force, les Rebels et Moana Pasifika occupaient les places 9 à 12 du classement et n’ont pas réussi à se qualifier pour les playoffs en 2023. Mais les amateurs de Super Rugby devraient s’attendre à un certain remaniement cette fois-ci.

Les Highlanders semblent bien meilleurs en 2024, comme l’a montré leur victoire sur les Hurricanes au début du mois de février. De l’autre côté de la Tasmanie, la Force a battu les Reds et s’est rapprochée des Brumbies.

Mais il y a aussi les Rebels et Moana Pasifika. Les deux équipes ne parviendront pas à s’imposer cette saison, même si Moana Pasifika obtiendra quelques victoires supplémentaires par rapport à la saison dernière et ne terminera pas à la dernière place du classement. Ce sera plutôt les Rebels.

L’autre jour, lors d’une table ronde, j’ai audacieusement pronostiqué que les Waratahs finiraient derniers des équipes australiennes, mais les derniers rebondissements concernant les Rebels ne sont pas qu’une simple inquiétude. Avec des entraîneurs qui auraient des contrats de quatre mois, il est difficile de voir comment la franchise basée à Melbourne peut générer une quelconque forme de succès.

Contrairement à ce que j’ai dit il y a quelques jours, les Melbourne Rebels termineront à la dernière place, tandis que Moana Pasifika s’améliorera légèrement pour terminer à la 11e place.

Ned Lester : En 2024, ce sont les Moana Pasifika qui auront le plus de mal à remonter la pente. La seule victoire de 2023 est un résultat que personne ne souhaite à l’équipe, et la perte de Levi Aumua et Timoci Tavatavanawai a été un véritable coup dur. Cela étant dit, les nouveaux venus dotés d’une expérience internationale comme Julian Savea, James Lay et Sione Havili Talitui apportent beaucoup d’expérience à l’équipe, tandis que le nouveau staff d’entraîneurs dirigé par Tana Umaga s’efforcera d’insuffler un peu plus de piquant et de cohésion à l’équipe.

Ce que nous attendons vraiment de Moana, c’est une victoire lors de la 11e journée, lorsque l’équipe accueillera les Highlanders aux Tonga, son premier match dans le pays.

Ben Smith : Personne ne souhaite voir une nouvelle saison sans compétition de la part de Moana Pasifika, mais l’équipe a perdu deux de ses meilleurs arrières, Timoci Tavatavanawai et Levi Aumua. La signature de Julian Savea permettra de combler ces lacunes, mais cela ne suffira probablement pas.

On ne sait pas ce que le nouvel entraîneur en chef Tana Umaga apportera, l’ancien All Black n’ayant pas réussi à construire une équipe championne au cours de sa carrière d’entraîneur jusqu’à présent et Moana disposant de bien moins de ressources que les Blues. La « sixième » franchise néo-zélandaise, qui a fait 1-13 l’an dernier, est dans une position délicate.

Ils joueront un match aux Tonga, ce qui est un pas dans la bonne direction. Les affluences à Mt Smart sont une grande préoccupation pour l’équipe qui tente de se construire une identité et une base de supporters. L’équipe doit jouer dans les pays du Pacifique, si c’est ce qu’elle représente. Nous avons vu ce que le fait de jouer à Suva apporte à la Drua et le soutien incroyable qu’elle reçoit à la maison.

Les Rebels ont bien recruté, mais les problèmes financiers en dehors du terrain pourraient bien faire dérailler la saison. Il sera difficile de rester positif lorsque des joueurs quitteront le navire pour assurer leur avenir. Et cela arrivera. Lorsqu’on leur proposera un club plus stable, il leur sera difficile de rester avec autant d’incertitudes sur la façon dont le club sera financé l’année prochaine.

La Force, les Rebels et les Moana vont probablement se battre pour éviter la cuillère une fois de plus, mais après avoir terminé avec un monstrueux différentiel de points négatif de -256 l’année dernière, les Moana sont les favoris pour finir derniers encore une fois.





Source

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

NEWSWEB NEWSWEB NEWSWEB NEWSWEB NEWSWEB NEWSWEB NEWSWEB